The Angels of Sodom  - « Alors l'Éternel fit tomber sur Sodome et sur Gomorrhe une pluie de soufre et de feu ; ce fut l'Éternel lui-même qui envoya du ciel ce fléau. Il détruisit ces villes et toute la plaine, et tous les habitants de ces villes. » (Genèse 19)
God‘s little plan - L’étude de The Distributor pour deux pianos. Avec happy end.
  Per omnem vitam -   Un titre très personnel   et épuisant. Commencé   par un après-midi d’hiver   plus que maussade, achevé   sur un fougueux solo de   guitare en juillet.           
Der Mond ist aufgegangen - Faire une version originale et instrumentale de cette ancienne chanson émouvante me tenait beaucoup à cœur. Mon humilité devant l’œuvre en était d’autant plus grande. Johann Abraham Peter Schulz a mis en musique le poème de Matthias Claudius il y a presque 230 ans.
The Distributor - Le « distributeur » est le début de l’Apocalypse. Si un disque avait quelques sillons de plus, The Distributor figurerait aussi sur le 33 t.
Florence Coleman - une semaine avant son 12 e  anniversaire, fut renversée par un attelage tandis qu’elle jouait dans la rue, décédant quelques jours plus tard.    
L’histoire du petit poulet   « Il s’ensuit l’histoire du petit poulet, qui                                           donnera de tous côtés matière à réflexion et conviendra divinement à la plus haute                                         élévation morale, un petit poulet dont l’amour infini — contrairement aux attentes pour                                    l’époque déjà considérables de tous ceux qui étaient au courant — n’est pas partagé,                                   ses supplications — après maintes tergiversations fallacieuses — accompagnées de regards                             coquins et de promesses faites à la légère, ne seront à la fin et en fin de compte pas écoutées, mais                        qui, tout poulet du monde qu’il est, ne se montra pas impressionné outre mesure et continua son                        chemin, ce qui bien entendu — et il est de plus en plus courant de nos jours d’assister à des choses pareilles— amena directement quelques-uns à émettre haut et fort la supputation que ce poulet était de bonne famille, et qu’il ne manquait pas de faire à tous une bonne impression. »
Les contenus de ce site web, en particulier les images et les œuvres musicales, sont protégés par le droit d’auteur. À l’exception des liens menant vers des sites externes et des citations de tiers, les droits d’auteur sont détenus par Thomas Neuroth. Une utilisation au-delà du domaine privé nécessite une autorisation écrite préalable.
LongBow Records    Thomas Neuroth Nachtigallenweg 4 48167 Münster 0251-9619340 info@longbowrecords.de
Wehmut, stark wie Banyuls  -  Camille Saint-Saëns a composé la Sonate pour basson et piano op. 168 à l’âge de 86 ans. C’est l’une de ses dernières œuvres, toute de sentiments et de beauté. Dès que je l’ai entendue, j’ai su que c’était à la guitare qu’il fallait la jouer.    Enregistrement de la Sonate pour basson et piano
Adieu les coulisses de l’aristocratie et de la grande bourgeoisie de Debussy et en songeant à la fête, penser aussi au festival du rock, à de la bière et au carnaval.   Au demeurant, qui cherche l’origine du Boléro de Ravel la trouvera dans la deuxième partie de Fêtes.   
« Fêtes » - créé en 1900. Claude Debussy, le compositeur de l’œuvre, remarqua à ce sujet: « … c’est le mouvement, le rythme dansant de l’atmosphère avec des éclats de lumière brusque, c’est aussi l’épisode d’un cortège (vision éblouissante et chimérique) passant à travers la fête, se confondant en elle, mais le fond reste, s’obstine, et c’est toujours la fête et son mélange de musique, de poussière lumineuse participant au rythme total. »                      « Fêtes » Nocturnes 2  - L‘original avec Berliner Symphoniker et Pierre Boulez.  (Modèle de la pochette: Honoré Daumier)       
À propos du mixage et de l’écoute Pendant un concert, quel que soit le style, pouvoir changer de place de temps à autre, trouver la « meilleure » place pour écouter, éventuellement prendre la place du chef, de là tendre la tête en direction des hautbois ou des premiers violons, pendant un concert de rock écouter le mixage de la scène, un peu plus à droite ou à gauche, vers les claviers ou les guitares. Accompagner la musique. Ce serait vraiment bien. Malheureusement, c’est impossible.   En écoutant un CD ou un 33 tours, ce serait bien aussi de pouvoir quitter la 8 e  rangée du milieu et de se retrouver plus près de l’orchestre, d’entendre comment le chef ou le chanteur entendent. De trouver une dynamique au lieu de la folie de la sonie, mais sans pour autant devoir sans cesse régler le volume.   Le mixage de Fine Art tente de reconstruire cet idéal : résonance et basses artificielles, allant de parcimonieuses à retenues. Les guitares, la flûte ou les autres instruments solistes se promènent parfois sur la scène, il n’y a pas de milieu acoustique gênant. La position d’écoute s’adapte à la musique. Tantôt du pupitre du chef, tantôt directement devant l’ampli des guitares ou au milieu des cordes. Le plus directement possible. Notre tuyau pour l’écoute à la maison : lorsque les passages les plus bas sont clairement audibles, c’est que les passages les plus forts sont juste à la hauteur adéquate. Dans une voiture à l’arrêt, cela fonctionne de la même façon, quand on conduit, les passages bas sont engloutis par le bruit du moteur.  Traduction du site internet - Laurence Wuillemin  
Shop Shop